Juste un peu de Cendres – dans la presse

Juste un peu de Cendres

A deux jours de sa sortie (le 25/10/2017), Nicolas Gary du site ActuaLitté signe, à ma connaissance, le premier article consacré à l’album : “[…]Juste un peu de cendres ne manquera pas de rappeler l’univers de Kult, avec une dimension graphique ultra puissante. Son parti pris est magnifique, jouant avec les assemblages d’images, de couleurs, de photos, à travers des collages parfois spectaculaires. On repensera à l’Arkham de Dave McKean, en savourant cette maîtrise de l’image (lequel est d’ailleurs cité dans le cahier bonus de fin d’ouvrage).

Outre ces déclinaisons de gris récurrentes, le graphisme lui-même parvient à rendre une sensation de pulvérisation constante. Et pourtant, il ne s’agit pas d’un roman d’horreur traditionnel : les liens qui se tissent entre le passé et le présent parlent en réalité de la tristesse, de l’amertume, de la dépression, et plus encore.

Juste un peu de cendres est un roman graphique splendide, qui raconte combien la colère peut ruiner une existence, une nation, l’humanité. Fragiles êtres…”

Le reste de l’article ici.

 

Advertisements

Juste un peu de Cendres

Juste un peu de Cendres
Juste un peu de cendres
A paraître le 18.10.2017

Scénariste : Thomas Day
Dessinateur et Coloriste : Aurélien Police

Je m’appelle Ashley Torrance. J’ai 17 ans.
Ma décision est prise : ce soir, je quitte la maison familiale.
Je sais ce que vous pensez… mais non. Je n’ai pas de beau père
libidineux ou de mère alcoolique qui ramène n’importe qui à
la maison. Mes parents sont des gens sérieux, travailleurs, aimants
et décents. Ils ont toujours voulu ce qu’il y a de mieux pour moi.
Le problème est ailleurs. Ce sont ces créatures que je vois quand
je ferme l’œil gauche. Je ne sais pas comment les appeler –
les cendreux, les consumés ? –, elles vivent comme des blattes
dans les interstices de nos simples existences. Elles me font peur.
Mais il y a pire : parce que je les terrifie, je suis en danger.
Ma décision est prise : ce soir, je quitte la maison familiale pour
leur échapper.

Ashley Torrance, dix-sept ans, a un secret. Elle voit des choses dont les autres n’ont pas conscience. De ses yeux vairons, elle peut déceler la véritable nature de certains individus. Derrière leur apparence humaine se cachent des êtres effrayants liés entre eux par des filins de cendre et comme habités par un feu obscur. Qui sont ces monstres et quel est leur but ? Sur internet, Ash rencontre Bruce et Sunny, des jeunes gens qui partagent le même pouvoir. Ensemble, ils décident de prendre la route pour retrouver un dénommé Pilgrim. Le seul qui semble savoir la vérité.
Entre road-movie à la Stephen King et fable d’apocalypse crépusculaire, Juste un peu de cendres est un récit à la fois violent et mélancolique, formant le miroir de la société de consommation américaine et de la décadence humaine. Après Wika, Thomas Day revient à la bande dessinée et associe sa plume à Aurélien Police qui signe ici son premier album.

http://www.glenatcomics.com/bd/juste-un-peu-de-cendres-9782344014493/

L’été de l’infini

L’été de l’infini, recueil de nouvelles de Christopher Priest, éditions du Bélial’, Traduction Pierre-Paul DURASTANTI, Michelle CHARRIER.

l'été de l'infini

Présentation de l’éditeur :

« À environ un tiers du marais se trouvaient les restes de l’avion allemand accidenté, peint de multiples nuances de brun et de vert, pétrifié dans le temps. Il s’était immobilisé lors du rebond, après un premier impact destructeur, à l’instant où il s’élevait dans la boue gelée parmi des panaches d’écume glacée. »

Héritier littéraire, à l’image de son compatriote J. G. Ballard, de la new wave britannique qui révolutionna les littératures de genre au tournant des années 70, on doit à Christopher Priest de nombreux incontournables — Le Monde inverti, La Fontaine pétrifiante, Le Glamour, ou encore L’Adjacent. Son roman Le Prestige, publié en 1995, lauréat du World Fantasy Award, a été porté à l’écran en 2006 par Christopher Nolan.

L’Été de l’infini réunit les meilleures nouvelles de Christopher Priest publiées sur cinquante années de carrière, soit douze textes, dont quatre inédits. Un long entretien, le témoignage de l’aventure que fut l’adaptation du Prestige au cinéma, ainsi qu’une bibliographie exhaustive, complètent un ensemble indispensable à l’appréhension d’un auteur dont Xavier Mauméjean affirme, dans son introduction au présent ouvrage : « [qu’il] est un écrivain de sciencefiction et se revendique comme tel. Pourtant, avec d’autres auteurs d’égale envergure, tel Philip K. Dick, Thomas M. Disch, J. G. Ballard ou Frederik Pohl, il pousse le genre à son extrême limite, l’oblige à se dépasser en explorant la réalité, à affronter ce qui se tient hors de portée du vrai. La vérité n’est qu’une possibilité du réel, en aucun cas sa mesure… »

Les Chambres des Merveilles

Les Chambres des Merveilles

Du 20 novembre 2015 au 3 avril 2016, se tiendra, au Château de Maisons, l’exposition du Centre des Monuments Nationaux “Les Chambres des merveilles” dont voici le visuel réalisé par mes soins.

Planisphères, globes célestes, bijoux, coquillages, pierres précieuses, minéraux et statues, mais aussi dragons, sirènes ou licornes… Ces curiosités et créations fantastiques, se côtoient à la Renaissance dans les chambres des merveilles (du nom allemand Wunderkammern désignant les collections des princes).
Elles deviendront au XVIIe les “cabinets de curiosités” avant que leurs collections soient progressivement dispersées dans les musées et muséums du monde entier.

Toutes les informations sont disponibles sur le site consacré à l’événement.

 

Si les châteaux…

Si les châteaux m'étaient contés...

Après avoir été présentée dans les châteaux de Pierrefonds, de Fougères-sur-Bièvre, d’Azay-le-Rideau, de Maisons, de Châteaudun, de Puyguilhem, ou encore de Carcassonne, l’exposition itinérante “Si les châteaux m’étaient contés” des Monuments Nationaux qui a cumulé près de 115 000 visiteurs, se pose, aujourd’hui, au château de Tarascon et ce, jusqu’au 31 octobre 2015.
Toutes les informations sont à retrouver sur le site dédié à l’événement : http://chateau.tarascon.fr/expo-sileschateaux.html